Portraits

Jellal Ben Abdallah n’est pas attiré par le portrait  mais en réalisera tout de même une trentaine afin d’explorer  l’un des thèmes majeurs de la peinture occidentale. Aussi, utilise-t-il souvent la mine de plomb, le fusain ou le stylo à bille qui confèrent à ces portraits une facture beaucoup plus simple que le reste de sa peinture. Hormis Mustapha Khraïef, ce sont surtout ses proches qui auront cette faveur : Certains membres de l’Ecole de Tunis, notamment Ammar Farhat, quelques amis et bien entendu Latifa, son épouse. Il réalise en revanche quelques auto-portraits de meilleure facture dont le plus abouti semble être l’«auto-portrait à la flûte».