Timbres

En 1956, Ben Abdallah est encensé par la critique et dans cette jeune Tunisie en devenir qui essaie de se trouver une identité culturelle loin de l’héritage des chrétiens, il va être chargé de dessiner les maquettes des nouveaux timbres de la république.

Il s’emploie alors à l’œuvre gigantesque de répertorier les métiers oubliés, les instruments de musique et les costumes de mariées des différentes régions du pays ainsi que toute la faune et la flore de Tunisie.

Ce travail colossal lui prend une année entière et se concrétise par une série de plus de cent timbres où figure une multitude de détails, trahissant l’amour de l’artiste pour la miniature.

C’est la première fois qu’un travail d’une telle ampleur est effectué par un artiste et qui plus est à titre bénévole, mais Ben Abdallah s’y adonne sans retenue car tout en œuvrant pour l’essor de la jeune république tunsienne, il tient là une occasion inespérée d’explorer le terroir qui fera sa spécificité et reproduira plus tard les sujets de ses timbres dans nombre de miniatures et grands tableaux.